Journal

Le musée Soulages

Posté le 8 septembre 2018 Le musée Soulages

Une architecture épurée

L’architecture du musée expose, dans le prolongement des œuvres de Pierre Soulages, la force géométrique de ses structures traversées d’ombre et de lumière.

Conçu comme un musée dans un jardin, le musée Pierre Soulages prend la forme d’un long socle, duquel émergent cinq monolithes d’acier rouge corrodé.

Entrée du Musée Soulages
Monolithes d’acier rouge corrodé
cubes du Musée
Monolithes d’acier rouge corrodé
Cube du Musée
Monolithe d’acier rouge corrodé
cubes du Musée Soulages
Monolithes d’acier rouge corrodé

À l’ombre du musée Soulages

Les Outrenoirs de Pierre Soulages poussent à son paroxysme la dynamique qui motive ma démarche photographique : une proposition réduite à l’essentiel, engageant le spectateur à interpréter le réel en fonction de la place qu’il occupe physiquement dans l’espace.

Le noir positive la matière, que la lumière creuse et révèle.

L’œil se surprend à distinguer les nuances qui agissent entre ces extrêmes, les forces qui s’opposent à la lumière et à la transparence de l’esprit…

Grille d'enceinte
Le noir positive la matière

Alchimie photographique

Le spectateur devient révélateur : Négatif et Positif s’inversent, l’un prenant la place de l’autre.

Le noir du négatif photographique est blanc sur le papier, en même temps que le blanc du film passe au noir.

Ainsi le noir est blanc, le creux est plein, l’absence est présence…

Lumière et ombre sont les deux éternelles voix du monde

Zarathoustra
Grille du Musée
Lumière et ombre

Se souvenir de l’ombre

L’ombre partenaire de notre perception et de notre imagination

Je me rappelle cette après-midi d’enfance au cours de laquelle j’avais découvert l’ombre que mon corps projetait sur la terrasse de la maison familiale.

Fasciné, j’avais commencé par jouer avec elle comme avec une nouvelle amie. Elle me suivait partout… Quoi que je fasse et où que j’aille, elle restait fidèlement soudée à mes pieds.

Ainsi, depuis ma naissance, mon corps faisait un écran à la lumière du soleil, matérialisant ma silhouette en négatif sur le sol.

À mi-chemin entre le soleil et les ténèbres, longtemps j’étais resté ébloui par la nature de ce lien secret.

Vivre sans ombre est une chose impossible

Peter Schlemihl, l’homme qui avait vendu son ombre au diable, en avait fait les frais…

Café Bras
Façade du Café Bras

Architecture

error: Contenu protégé !